>>> Vos questions ou commentaires ici sur le forum <<<
Voyez nos vidéos sur Viméo                                                             Vallée Blanche : Photos + vidéos

Situation générale et évolution :   Bulletin complet actualisé de météo-chamonix.org pour les Alpes du Nord

Situation générale en montagne : [CONDITIONS MONTAGNE]  >>> La Chamoniarde <<<

Office de Haute Montagne : 04 50 53 22 08


                  Cliquer sur
                                                  l'image.                               Cliquer
                                                          sur l'image
                                                          pour
                                                          l'agrandir.
Diagrammes Mont Blanc                       Températures etc... ROMMA                           T° France                                  Précipitations, radar


Observations Alpes / Mont blanc.

Enneigement pour l'hiver 2016/2017 pour Argentière et le domaine des Grands Montets.

Argentière le 12 novembre 2016 !!!



2016         2016

Enneigement pour l'hiver 2015/2016 pour Argentière et le domaine des Grands Montets (Nicolas)




2015         2015
 

Le petit Chocard à bec jaune du matin, le 01 février


2014         2014


Argentière, 19 nov 2014




Enneigement pour l'hiver 2013/2014 pour Argentière et le domaine des Grands Montets (Nicolas)


2013         2013

Enneigement pour l'hiver 2012/2013 pour Argentière
12 nov 2013, la moraine du glacier d'Argentière


Printemps et mois de mai exceptionnels neige, neige et neige !


2012         2012


Enneigement pour l'hiver 2012/2013 pour Argentière et le domaine des Grands Montets (Nicolas)


Argentière le 8 décembre 2012
, retour du beau temps, grand vent de N/E, Verte et Grands Montets


Argentière le 5 décembre 2012, 1 m de neige



28 oct 2012 : Première neige à toutes altitudes, mais vent violent.


Jeudi 13 septembre 2012. Au sortir de la perturbation, on relève une cinquantaine de cm de neige au niveau du refuge des Cosmiques, une trentaine au refuge de Tête rousse, 20/25 cm au refuge Albert 1er (40 cm au col supérieur du Tour).
Les sols sont blanchis en moyenne montagne dès les 1800 / 2000 m (le refuge du Lac Blanc annonce une petite dizaine de cm de neige).
Les Aiguilles de Chamonix sont bien plâtrées, les Aiguilles Rouges ont également été blanchies.
Attention, les chutes de neige ont été ventées (ouest – nord/ouest) et le fort vent de nord- nord/est balaye cette neige froide en haute montagne : attention donc au risque d’avalanches de plaque.
L’ambiance est très fraîche et les conditions vont évoluer lentement.                 Source: La Chamoniarde.

Lundi 20 août 2012. Attention : compte tenu des grosses chaleurs et des mauvaises conditions de gel, les conditions commencent à se dégrader en haute montagne. Les glaciers souffrent des températures élevées et deviennent plus chaotiques, les ponts de neige se fragilisent. Attention au risque accru de chutes de pierres et à l’apparition de glace rendant certaines courses plus techniques.

En cette mi-journée de mardi 12 juin, nous faisons un petit point sur les conditions en montagne. Depuis dimanche, le temps est perturbé et froid en montagne. La limite pluie-neige s’est abaissée ce matin jusque vers les 1800 m.

Voici les relevés de neige annoncés : OHM, La Chamoniarde

_ refuge du plan de l’Aiguille : 5 cm de neige
_ refuge de tête Rousse : 35 cm de neige
_ refuge du Goûter : 60 cm de neige ventée
_ refuge des Grands Mulets : 45 cm de neige
_ refuge des Cosmiques : 50 cm de neige ventée
_ refuge Albert 1er : 40 cm de neige ( 50 cm de neige au col supérieur de Tour)

Ces relevés sont indicatifs des conditions particulières en haute montagne en ce mois de juin mais ils ne sont pas définitifs : la perturbation très active n’est pas évacuée et on attend encore de la neige sur les prochaines 24h.

Entre hier dimanche 20 mai et ce matin, le massif du Mont-Blanc est resté dans la tourmente de foehn. On relevait, ce matin, une bonne trentaine de cm de neige au refuge des Cosmiques et 5/10 cm au refuge des Grands Mulets. La neige s’est temporairement abaissée vers les 2500 m (sols juste blanchis). L’épisode perturbé n’est pas terminé et on peut s’attendre à de nouvelles chutes de neige plus ou moins importantes en haute montagne. 

 

29 avril 2012, tempête de foehn à Chamonix, rafales à 150 Km/h.
Voir toutes les photos ici sur le forum.


21 janvier2012 à Argentière, 1 m 20 de poudre.


2011         2011
31 décembre 2011 à Argentière


17 décembre 2011 à Argentière.


Ce matin 7 décembre 2011 à Argentière.


7 novembre 2011 : Pointe Hebronner, tempête de foehn, donc pas de neige versant français du massif, sommets dans le mur de foehn.









La NOAA (météo américaine) montre des anomalies (écarts aux normales) très puissantes. Celles-ci sont un bilan des 7 derniers jours. Les verts/jaunes (notamment sur Europe occidentale, mais il y a bien plus fort ailleurs) indiquent des excès de pression, les bleus des déficits (de part et d'autre de l'Amérique, par exemple). Noyaux des unes et des autres très accusés actuellement : logique (principe des vases communicants  trop d'un côté provoque un déficit de même niveau à proximité).
JJ Thillet, le 28 septembre 2011.




Ce matin 27 aout 2011, saupoudrage à 2100 m




1er juin 2011. Neige : Le grand retour !!!
Hé oui il neige à Argentière, à Chamonix.
Les toits blanchissent à Argentière, il y a plus de 10 cm au Montenvers, 1913 m.



Changement radical de conditions ! Une perturbation très active associée à une baisse des températures a déposé de la neige à toutes les altitudes (des flocons ce matin à Chamonix). Ces chutes de neige ont été très ventées à toutes les altitudes. Voici les relevés annoncés par les refuges en cette fin de matinée :

- Plan de l'Aiguille : 30/40 cm (congères)
- Les Cosmiques : 50/70 cm
- Albert 1er : 30 cm
- Les Grands Mulets : 40/50 cm
- Envers des Aiguilles : 30/40 cm
- Tête Rousse : 15/20 cm
- Le Goûter : 1 m

Le vent reste très soutenu à toute les altitudes.
On peut s'attendre à un fort risque d'avalanches dans le Massif du Mont-Blanc.


15 mai 2011 : Chute de neige en altitude.         Webcam aiguille du Midi.



Ce matin la limite de la neige est aux environs des 1900 m.

Pour le moment on estime à 50- 60 cm de neige fraîche tombée vers 3500 m et un fort vent de Nord en altitude.

04 mai 2011 :
Situation générale en montagne.
(OHM)

Sur les dernières 48 heures, il a neigé à nouveau en haute montagne au dessus des 3500 m. Il est tombé entre
25 et 30 cm de neige déplacée par le vent (info du refuge des Cosmiques). On peut s'attendre à des accumulations (de visu, le Tacul est bien "vaguelé").
Vers les 3000 m, on relève 4/5 cm de neige (info des refuges d'Argentière et des Grands Mulets).
On évolue encore en raquettes ou à skis sur les glaciers en altitude : attention aux crevasses et ponts piégeux (respecter les règles d'encordement).


03 mai 2011 :
Situation générale en montagne.

Le mois d’Avril que nous venons de connaître est sans doute le plus chaud que la France n’ai jamais connu, ce serait également le plus sec de ces 100 dernières années. Conséquence sur l’enneigement : les limites skiables sont repoussées jusque vers 2200/2400 mètres, ce qui a également permis une ouverture plus précoce de certains cols routiers (Mont Cenis, Croix de Fer).



3
0 avril 2011 :
L'ambiance s'est nettement rafraîchie et les Aiguilles de Chamonix se dévoilent toutes saupoudrées.
La neige tombée en haute montagne sous les averses n'a pas radicalement changé les conditions mais seulemnt masqué quelques passages de glace ou ponts fragilisés.

La France métropolitaine a connu cette année un mois d'avril exceptionnellement chaud, sec et ensoleillé. Ces conditions remarquables résultent de l'influence persistante de conditions anticycloniques sur la métropole.

Avec une température moyenne supérieure de 4,0°C à la moyenne de référence (calculée sur la période 1971-2000), avril 2011 se positionne au deuxième rang des mois d'avril les plus chauds depuis 1900, derrière avril 2007 (+4,3°C) et loin devant avril 1945 (+2.8°C), 1961 et 1949 (+2,6°C).


Hiver 2010/2011 en Suisse, donc concerne aussi le Massif du Mont Blanc.

L'hiver 2010/2011 fut un peu plus doux que la norme 1961-1990. Un déficit marqué de précipitations fut relevé sur une grande partie des Alpes. Le soleil brilla nettement plus que d'habitude en Suisse romande et sur le Plateau.

Froid uniquement au début de l'hiver.

Image bohlen.free.fr

Mardi 08 février 2011

La température maximales relevée par Météo France lundi à Chamonix (19.6°C) établit un nouveau record de douceur mensuelle depuis le début des relevés réguliers en 1934. Le précédent était de 18.5°C le 20 février 1998.

Le 29 février 1960 Il a fait + 31.2° C à St Girons, c'est du côté des Pyrénées.
Hier, journée chaude il y a fait + 20.9° C.

En cette fin de mois de février 1960, de nombreux records de chaleur ont été battus; + 29° C à Biarritz, + 26° C à Clermont Ferrand, + 24° C à Nevers + 22° C à Reims et + 21° C à Paris.

En prenant en compte le record de chaleur de Chamonix (hier +19.6° C, ancien record en 1998 avec + 18.5° C) et en relayant les températures des villes précitées hier avec + 13° C à Biarritz, + 19.7° C à Clermont-Ferrand , + 14.7° C à Nevers, + 15.4° C à Reims et + 14.8° C à Paris (Montsouris), on peut se poser la question suivante :

Moyenne des 6 villes précitées en 1960 = + 25.5° C (moyenne légèrement tronquée puisqu'il y manque les dixièmes de degrés).
Moyenne des 6 villes précitées en 2011 = + 16.4° C

Ce qui représente tout de même un important écart même s'il faut relativiser puisque cela n'est que peu représentatif du territoire; et pourtant à Chamonix et en altitude en général, il a fait très chaud pour ce début février avec record à la clé.

On ne peut bien sûr pas en déduire une nouvelle théorie, cela va de soi. Mais posons nous quand même la question du pourquoi ce flux de sud a fait autant de dégâts en altitude, sans atteindre les valeurs records de plaine de 1960.
Car en allant plus loin, on peut imaginer ce flux d'altitude (en terme météo stratwarming) débouler facilement aux hautes latitudes avec cette différence c'est qu'il y a quelques décennies en arrière, ce flux désorganisait notre vortex polaire en permettant des descentes froides sur notre pays, mais cela étant moins incisif qu'actuellement, les dégâts sur la banquise devenaient ponctuels et sans grande incidence sur le devenir futur de la banquise; mais si maintenant ces remontées chaudes deviennent de plus en plus fortes et puissantes, qu'adviendra-t-il de notre vortex ?
Une désorganisation nous amenant un mois froid mais sans excès notables (sauf dans la mémoire collective) et un reste d'année ou le déficit augmente sans pouvoir se combler ?
Une stagnation d'air froid en basse couche (comme actuellement) qui au lieu de freiner l'assaut des flux de sud permet à celui-ci de survoler l'air froid en basse couche plus lourd ?
Ou l'air chaud accumulé dans le massif Alpin suite au réchauffement va-t-il amplifier à chaque fois un tel phénomène de remontées chaudes ?

La situation de 1960 était due à de l'air saharien et grâce à l'effet de fœhn la température a pu atteindre de telles proportions à St Girons.
Là, c'est de l'air doux dans une masse d'air moins chaude (ligne 546 = limite air tiède et air frais) qui était plutôt dirigée vers l'est (alpes), alors qu'en 1960, cela touchait essentiellement le sud-ouest avec une ligne 564 en plein sur les Pyrénées; ligne 564 = limite air chaud et air tiède).

Le résultat est un record de température pour Chamonix.
Et c'est pas la première fois cette année que les redoux sont aussi puissants.

Quant à la suite, il semblerait que le temps devienne plus perturbé dès la fin de semaine. A suivre dans le prochain bulletin pour confirmation ou non.     Serge.


Vendredi 04 février 2011
Moyenne des températures de l'année 2010.

Les différences d'évaluation des moyennes proviennent souvent des disparités de mesure sur les endroits de la terre non couvert par un réseau très fourni.
En ce sens, les zones moins mesurées sont parfois prises en compte par les mesures de l'environnement immédiat et on en tire ainsi une moyenne approximative qui comble le manque de couverture.

C'est pourquoi, le gouffre de la polémique devient si fertile.
Alors pour plus de clarté, voici le bilan de la NASA.

Période de référence: 1951/1980.
Avec une température de 14.65° C, l'année 2010 a été la plus chaude de ces 130 dernières années.
Sur 12 mois, on a gagné + 0.66° C par rapport à la période de référence.

2010 passe donc devant 2005 (+ 0.63° C) et devant 1998 ( + 0.57° C).
Selon les mesures de la NASA, je reprécise, car selon les critères définis plus haut, il peut y avoir une fluctuation de quelques centièmes.

En tout cas, même avec une approximation légèrement supérieure ou inférieure, nous restons dans la continuité d'un réchauffement.
Raison de plus pour faire obstacle aux imbécillités que l'on peut lire parfois sur une période glaciaire en cours. Ceci sur une observation directe et mesurée. Évidemment, les projections futures peuvent faire intervenir tous les scénarios possibles et imaginables, mais pour rester objectif et également par incompétence futuriste, je considère que rien ne vient à ce jour démentir notre période chaude.
Ceci ne doit empêcher de prendre en considération selon les lois de la thermodynamique et des différentes inerties de chaque grand paramètre (stratosphère, océan, albédo, couverture neigeuse, échange océano/atmosphérique etc...),qu'ils peuvent dans une continuité non linéaire faire varier les températures moyennées sur l'année; seul comptera la progression ou non de l'échelle décennale. Rendez-vous donc dans dix ans pour un prochain bilan décennal, sachant que les trois derniers sont chaque fois plus doux que celui qui le précède.
    
Dimanche 2 janvier 2011
Petit bilan du début de l'hiver à Chamonix.

Pour ce qui est de notre région des "Pays du Mont Blanc", je vois un début d'hiver qui a commencé assez tôt, mais n'a pas tenu ses promesses

Il a bien neigé en altitude au début, puis les périodes de mauvais temps qui ont suivi ont été la plupart du temps ravageuses pour la neige car accompagnées de très forts redoux, très haut, ou de fœhn.
Entre temps de périodes froides mais dans les normes d'un mois de décembre, et très loin des records que l'on connait ici.

Je ne parlerai pas du climat des années 1950/60/70, ça fait un peu l'ancien combattant qui raconte sa guerre de 14 ! Hé oui on en est bien loin, on est à une autre époque climatique, avec des hivers bien moins longs et rigoureux.

Donc par rapport aux hivers des seules 30 dernières années, c'est un hiver bien moyen, avec comme l'hiver dernier un très net déficit d'enneigement en vallées, et jusqu'à 2000 m, et un déficit qui commence à se manifester à toutes les altitudes au dessus.

J'ai vu sur InfoClimat que certains membres "paniquaient" à l'idée d'un "Zonal" qui pourrait se manifester cette prochaine semaine. (Zonal : Courant d'Ouest en Est qui traverse l'Atlantique puis l'Europe, contrairement au courant méridien actuel qui est soit de Nord Sud ou Sud Nord avec des composantes Est, donc qui suit en gros les méridiens).

Hors si le courant méridien assure du froid et de la neige en plaine, c'est du froid sec ou du fœhn pour nous.
En altitude même si c'est plus doux, le Zonal est l'assurance de perturbations neigeuses abondantes pour nos massifs, mais ce courant est devenu très rare depuis un certain temps, ou d'une durée très brève.

Donc pour nous "Vive un gros Zonal de Nord/Ouest" ! Razz
Michel.

2010         2010




Jeudi 30 décembre 2010



A altitude égale,
enneigement nettement plus important
versant italien du massif du Mont blanc.



Fichier PPS exceptionnel : Un hiver Russe.

6 décembre 2010 : Séisme de magnitude 3.1 près de Chamonix hier.
Il s'agit peut-être d'une réplique très tardive du séisme du 8 septembre 2005 ou alors un nouveau choc principal.
Je l'ai bien ressenti un peu avant 8 heures, bref, pas plus de 2 secondes.
       

04 décembre 2010

Piste de la Pierre à Ric
Lognan-Argentière.

Assez curieux ce matin. La neige des canons ne se dépose pas, mais s'envole comme un nuage.
Il n'y a pas de vent du tout.


Mercredi 24 novembre 2010 : Lognan se prépare pour le Week end.
La température a chuté à -23°C ce matin à l'Aiguille du Midi.

Samedi 13 nov, source OHM :
Avec le redoux et une limite pluie-neige située vers les 2500 m, les conditions d'enneigement se sont dégradées en moyenne montagne.
La limite de l'enneigement se situe désormais vers les 1800 /2000 m en fonction des versants.
Aux alentours des 2000 /2500 m , la neige (entre 15 et 30 cm) s'est tassée et alourdie.
On estime une épaisseur de 50/70 cm de neige vers les 3000 m (neige ventée d'ouest/nord-ouest) et probabilité de plaques)
.


Jeudi 11 novembre 2010



Bon début d'enneigement
au dessus de 2000 m.

Secteur de Balme.


  
Vendredi 24 septembre 2010

La balise météo du Lac blanc nous montre bien les deux périodes très chaudes et même caniculaires de cet été. Entre ces grosses chaleurs on voit également  les périodes avec des températures "moyennes" et même parfois fraiches de cet été.
   
Vendredi 27 aout 2010

La baisse régulière de T° habituelle après le 15 aout ne s'est pas produite, on est dans des records de chaleur.

Les 32.1°C relevés jeudi à Chamonix établissent un nouveau record de chaleur pour une troisième décade d'août en considérant les relevés d'après-guerre (1946).

 Antérieurement, des observations moins régulières témoignent de valeurs encore plus élevées le 23 août 1944 et le 28 août 1934
(Source Bohlen, météo Alpes).



Archives.

Dimanche 9 janvier 2011
Prévisions saisonnières...

L'imprudent Joë Bastardi, dont les paroles catastrophiques pour cet hiver en Europe, et qui faisaient sauter comme des cabris ces "adeptes" du grand refroidissement que nous connaissons bien, en criant le PAG, le PAG, avec des œillères solidement fixées au cerveau, vont sans doute avoir un violent choc en lisant ses dernières prévisions, où il reconnait l'immensité de son erreur, et la fin du froid pour l'Europe, alors qu'il annonçait un hiver digne d'une glaciation.

J'ai toujours désapprouvé ce sensationnalisme dont il est coutumier.
Il rejoint maintenant Guillaume Séchet et bien d'autres, qui savent ne pas s'emballer et rester réalistes.
C'est avec traducteur, donc pas fameux, mais néanmoins très clair.

Joë Bastardi

24 décembre 2010
 
   
  -Pour les non familiers de ces courbes ésotériques (image à droite), je précise que c'est une sorte de prévision d'ambiance réalisée par la NOAA (le Météo-France des USA), mise en forme par Wetterzentrale (un privé en Allemagne), commentée par votre serviteur (Français, Européen, et même 1/4 Suisse). Mondialisation !...
     -En rouge la température "normale" vers 1500 m. Certains diront, on s'en moque. Eh bien non, justement, il s'agit de la masse d'air dans laquelle on va baigner les prochains jours. Nous sommes encore en pleine dégringolade. La température actuellement "normale" va plonger 10 bons degrés sous cette "normale" dans les 2 jours qui viennent. Mais elle remontera ensuite pour une fin d'année banale. Les grosses perturbations se calment (tout en bas du schéma).
      -Pour autant, les températures locales au sol pourront être très différentes, plutôt assez basses sans doute, selon que les nuits seront claires ou non, avec présence de neige ou non.
A priori, pour la montagne cette configuration est très encourageante.
      -Pourquoi cet embrouillamini de courbes ? Parce que nos savants font tourner le calculateur plusieurs fois, en modifiant un poil les données de départ (observées). Plus on s'éloigne dans le temps (2 semaines, ici, le max possible), plus les solutions se dispersent ("effet papillon" : très petites différences aux départs, grandes à l'arrivée ; plus la cible est loin, plus les impacts du tireur s'éparpillent, pour des écarts de tirs infimes).    JJ Thillet.


Cliquer sur l'image.

Décembre 2010 : Ou quand la météo marche sur la tête...

Pas de panique, c'est très simple (du moins dans le constat, quant aux causes...).
Cartes de la NOAA (le Météo-France américain, ma comparaison n'ira pas au-delà !).

1ère image :
La répartition des pressions vers 5000 m pour les 365 derniers jours. En bleu les pressions les plus basses, en rouge les plus hautes. Répartition normale, vue ainsi.

2ème image :
Mais si on calcule, comme la NOAA le fait en continu, l'écart des valeurs obtenues sur la 1ère image à la situation normale (moyenne sur un grand nombre d'années), on découvre un résultat très étonnant. Le rouge montre les "excès" de pression depuis un an, le bleu montre les "déficits" (par rapport à la configuration normale, moyenne). On distingue clairement des trop hautes pressions sur le Groenland, le nord du Canada, l'Arctique (mais aussi la Russie, au-delà de l'Oural...), des trop basses pressions de l'est des USA à notre Europe. Et voilà pourquoi votre fille est muette... Ou plus précisément : voilà pourquoi la météo marche sur la tête, depuis plus d'un an, dans nos contrées.

Les trop hautes pressions Groenland/Arctique nous injectent de fréquentes, trop fréquentes vagues de froid polaires. L'hiver dernier fut froid et neigeux, le printemps plutôt médiocre et frais, l'été pas terrible, et ça continue... Jusqu'à quand ? Je crois que personne ne le sait. Parfois, on constate des tirs groupé dans le passé, plusieurs hivers froids de suite, ou étés chauds de suite, années trop pluvieuses de suite... On ne sait pourquoi. Un expert anglais vient de laisser entendre que ça peut durer.ainsi.. 10 ans  ! Pourquoi pas ? Heureusement, il n'émet qu'une hypothèse et on a aussi le droit d'en faire plein d'autres, ou des vœux (le mien est tout prêt : vivement le retour à la circulation atmosphérique classique, la "tempérée" quoi...).
Cliquer sur
                                                    l'image pour
                                                    l'agrandir.
La situation EXCEPTIONNELLE se poursuit. (la GB n'a pas connu cela depuis.. 1 siècle - et pas une seule huile de MF pour l'expliquer à la TV ; ils ne savent pas, ceux du sommet, sinon ils sortiraient du bois, ça le vaut...).  Les catas ne st pas finies, en chaîne.

La NAO (North Atlantic Oscillation) est une petite soeur d'El Nino (ENSO : El Nino South Oscillation). Pour évaluer l'état de ce dernier, on calcule tt bêtement la différence de pression entre Darwin et Tahiti. Pour la NAO, c'est la différence de PPPP entre les Açores et le Groenland. La mto, c'est tt simple... Normalement la NAO est positive. Hors elle est négative depuis plus d'un an. Htes pressions au N, basses au S, champs inversés. En conséquence, les HP du N ns injectent en continu, ou presque, l'air froid du pôle -> emmerdes.                  JJ Thillet.



Jeudi 5 aout 2010


Aiguille du Midi, 3842 m. Outre la neige, il faisait alors -6°C et un ressenti au vent de -14°C.

Il a neigé jusqu'à 2400 m.



Dimanche 15 aout 2010


Ce matin on note 60 cm de neige à l'Aiguille du Midi, ce qui est important pour un 15 aout.

Tout est blanc au dessus de 2400 m. Webcam de la Pointe Helbronner, 3456 m.


Très intéressante analyse de Météo-Chamonix.

Bulletin du mardi 26 Janvier 2010 / 23:00, toujours d'actualité ce 30 janvier.

Analyse de la situation et évolution.

Vague de froid - épisode 3.

Pour la troisième fois cet hiver, une vague de froid envahit le pays. Même si le scénario diffère légèrement à chaque fois, on note quelques points de comparaisons: une masse d'air très froide (peut on parler de goutte froide?) se stabilise au dessus de l'Europe. A chaque fois, un front de température très net se forme dans l'axe Espagne-Grande Bretagne.

Situation du mardi 26 à midi.

les conditions "types" sont en train de se mettre en place: la goutte froide est actuellement présente sur l'est de l'Europe. Cette goutte va être dans un premier temps reprise par le flux pour revenir s'installer durablement au dessus de la France. On peut analyser cette évolution en terme de vorticité potentielle:

Evolution de la situation du mercredi 27 12h jusqu'à samedi 30 12h.

Une première langue de vorticité potentielle s'est échappée du vortex polaire. Durant ces derniers jous, elle s'est considérablement étirée en allant jusqu'au nord du Maroc.
En s'étirant de la sorte, elle perd sa stabilité et elle va être réabsorbée dans le flux.
Durant la troisième étape (vendredi) cette goutte se refond dans le flux afin de reformer une anomalie de vorticité potentielle consistante.

Etape 4 (samedi 30), la nouvelle "goutte froide" est reformée, elle redescend au sud pour éventuellement se séparer du vortex polaire par la suite.

Considérations sur le réchauffement climatique :

Ce type d'épisode va faire sourire de nombreux "climato-sceptiques". En effet il paraît difficile d'être crédible quand on parle emitouflé dans une doudoune polaire
... et pourtant. Je me garderais bien de généraliser quoi que ce soit à partir d'épisodes très ponctuels et très locaux. L'évolution du climat doit se faire à partir d'observations plus globales. Le réchauffement est sans doute encore mal compris, mais de grâce, n'allez pas utiliser cet argument d'un hiver plus froid que la normale à Chamonix pour justifier d'un "non-réchauffement"... vous utiliseriez les même arguments que vous combattez.

Suisse: Chaleur Le thermomètre s'affole dans les vallées alpines.

Météosuisse a publié une news au sujet des records du jour:
Actualités météorologiques    07 octobre 2009 / Anick Haldimann, Didier Ulrich

Redoux d'automne
En automne, le soleil baissant sur l’horizon, la température diminue lentement mais de façon irrégulière. Max Bouët en donne une description parlante : « La courbe descendante de température affecte (…) un profil en dents de scie où chaque chute brusque est suivie d’un redoux rassurant.». En effet, durant la période estivale continents et océans ont accumulé de la chaleur. Celle-ci est restituée graduellement tout au long de l’automne, réchauffant l’air des basses couches. Ainsi les redoux automnaux offrent des périodes de répit dans le long refroidissement saisonnier. On distingue le redoux anticyclonique du redoux humide.

Redoux anticyclonique
Le début de l’automne coïncide avec la présence en altitude des températures les plus élevées. Conjuguées à la baisse graduelle des températures en plaine, notamment en raison du rallongement des nuits, l’atmosphère prend un caractère très stable.

D’imposants anticyclones se forment ainsi sur les continents et favorisent de longues périodes sèches et relativement douces. Sous un anticyclone, le lent mouvement descendant de l’air, appelé subsidence, réchauffe la masse d’air et l’assèche. L’humidité relative en altitude diminue fortement, offrant des visibilités souvent excellentes en montagne. Ces périodes anticycloniques sont propices à la randonnée en moyenne montagne, avec du soleil, de la douceur et des vents faibles.

En plaine par contre, l’anticyclone génère un effet de cloche et maintient l’humidité proche du sol. Le Plateau se retrouve souvent dans des brumes ou des grisailles persistantes le matin mais, après leur dissipation, la douceur revient rapidement.

Ces situations douces et sèches peuvent durer des jours, voire des semaines. A Sion, on a compté jusqu’à 58 jours consécutifs sans pluie. De nombreuses expressions populaires ont été adoptées pour qualifier ces redoux : l'été de la Saint-Denis (9 octobre), l'été de la Saint-Martin (11 novembre), l'été de la Toussaint (1er novembre) ou encore l’Altweibersommer (en Suisse alémanique). Suite à la célèbre chanson de Joe Dassin, l'expression "été indien", qui tient son origine d'Amérique du nord, s'est répandue en Europe francophone. L’été indien correspond à une période ensoleillée et douce succédant aux premières gelées de l’automne et coïncidant avec la flambée des couleurs automnales.

Redoux humide
Après la période estivale, la Méditerranée se comporte comme un immense réservoir de chaleur. Et la grande inertie thermique de l’eau fait qu’elle ne se refroidit que très lentement. Dès que les vents tournent au sud ou au sud-ouest, les masses d’air en provenance de ces régions sont alors chaudes et humides. Elles viennent parfois buter contre les Alpes et provoquent des précipitations localement fortes et des bouffées de foehn dans les Alpes. On garde en mémoire les tristes souvenirs des intempéries de Gondo en octobre 2000, ou encore de Brigue à la fin septembre 1993. Sur le Plateau, le ciel est parfois nuageux dans ces situations, parfois pluvieux, avec des températures toujours très douces.

Automne 2009: records de chaleur
Une grande partie du mois de septembre a été caractérisé par une situation anticyclonique stable, nous apportant douceur et sécheresse. Depuis quelques jours, le courant du sud-ouest s’est installé de la Méditerranée occidentale aux Alpes, favorisant l’explosion des températures malgré un ciel souvent voilé ou nuageux. Avec la conjonction de ces deux situations de redoux classiques, la Suisse vit un début d’automne particulièrement doux. Au mois de septembre, les températures maximales ont été le plus souvent supérieures à 20° en plaine. Quant au début du mois d’octobre, il a été exceptionnellement doux, le mercure a dépassé plusieurs records séculaires le mercredi 7 octobre.

Pour vos questions ou commentaires, rendez vous sur le forum.

haut