Identités, mensurations             Glacier de Taconnaz             Mer de glace             Glacier d'Argentière
Glacier du Tour             Glacier du Trient              Glacier de Bionnassay             Glaciers de la Brenva et du Miage


Le Glacier des Bossons 2/ Aujourd'hui.
                                          Suite 3/ Glacier des Bossons, photos gros plans.

   
25 mai 2017. Le glacier se porte encore bien, mais le au sept 2017 le glacier a beaucoup souffert.            5 mai 2016 : Vidéo chute de séracs.
28 juin 2015. Chute de séracs de 100 000 à 200 000 mètres cubes.

Glacier des Bossons. Chute de séracs, puis perte de sa langue terminale, et historique
Etant sur Viméo, cette vidéo sera régulièrement mise à jour avec de nouvelles séquences
.


Vidéo, survol du glacier des Bossons en Parapente, par David Shp


Eté 2000
2000

3 photos de Plc, depuis le haut jusqu'au bas. Juin 2009.






Photos de la langue terminale mi-Juin 2005.
On  voit une langue qui paraît étroite, mais la moraine s'écroulant sur le glacier, recouvre autant de glace que ce qui est découvert, la protègeant du même coup d'une bonne partie du rayonnement solaire.
boss60
Juin 2005
boss

Début Juin 2008, photo prise du même endroit, 1500 m, point de vue de la buvette du glacier.
2008

Mai 2009, photo prise du même endroit, 1500 m, point de vue de la buvette du glacier.
mai 2009

Mai 2010, le rocher flèché rouge, on le voit dans la neige en 2009, à comparer.
Le glacier est au niveau de septembre 2009, donc démarre l'été 2010 en mauvaises conditions,
Pas de poussée de printemps... Voir photo au fond de la page.



Photos de la langue terminale, 8 sept 2005 à gauche, depuis le Cerro, rive droite, à droite photo en 2008.
On voit très bien la partie cachée du glacier sous la moraine d'effondrement qui recouvre plus de la moitié de la langue, et protège ainsi la glace des rayons solaires.
boss 2008

Vue du bas, le recul s'est encore poursuivi.


Comparez 15 Aout 2004 et  8 sept  2005
 gl   gl

Novembre 2005 : La langue terminale est de plus en plus recouverte de roches provenant de l'écroulement de la moraine. L'impression que donne la langue terminale s'en trouve faussée, elle est nettement plus large que ce qu'on en voie, le glacier me paraît  pratiquement stabilisé, et son recul est espérons le, stoppé.

4 Mai 2006 : Le recul est nettement stoppé, (provisoire ?) et le volume à bien des endroits me fait dire que le glacier va plutôt mieux.

2005                                                                                                                              2006
bossons  boss

2008

2008

Mai 2009 : "Le recul se poursuit, on le voit bien par rapport à 2005. Entre 2005 et 2006 il n'y avait pas eu de recul.
Par rapport à 2008 la différence se voit aussi, surtout en épaisseur tout à fait au fond.
Cette d'aujourd'hui a un bon mois d'avance, d'ici juin ce ne sera pas forcément identique, la température de mai/juin en décidera".
2005/2009

Photos prises depuis le bas du glacier, dans la cuvette.
2008 

30 septembre 2009. L'été a été catastrophique pour nos glaciers. Commencé dès début mai, puis chaud et sec, avec une situation caniculaire fin Aout, et un mois de septembre dans la continuité de cet été particulier.

Il faut souhaiter un été 2010 (de fin avril à mi octobre) frais et humide, si l'on ne veut pas voir le glacier des Bossons subir une fracture qui l'amputerait de sa langue terminale, et qui se terminerait par une barre de séracs au niveau du changement de pente, au dessus de cette langue terminale devenue extrêmement fine et étroite, avec des lignes de fractures qui se dessinent au dessus.

Si l'été prochain est identique à celui de 2009, avec environ 2° de plus que la moyenne des 30 dernières années dans la région, il peut se produire le scénario que l'on voit sur les 2 dernières photos.

Ce n'est pas un pronostic, tant d'éléments restant aléatoires, mais c'est la crainte que j'ai ressenti en visitant ce glacier le 30 septembre.







1er juillet 2010 : Comme nous le pressentions l'an dernier, la situation s'aggrave.

Si Juillet continue dans cette chaleur excessive, je ne donne pas cher du bout de la langue terminale. Juin a été un bon répit, mais pour combien de temps ?

On voit en rouge une terrible faiblesse, comme une ceinture de fragilité majeure.
En jaune, on voit que le rocher qui l'an passé était ensèré entre les 2 langues de glace est maintenant complètement dégagé.

La réserve de glace au dessus de la langue terminale (et très haut) étant de moins en moins importante, il est certain qu'une fonte même minime a de grosses conséquences au fond du glacier.

Je n'ose imaginer les conséquences de la rupture de la langue terminale pour la partie au dessus, si elle cède à la pression.
Faisons brûler des cierges... pour un été pourri...

Le fait que la pente soit plus forte au dessus de la flèche rouge accélère la vitesse de glissement de la glace, et donc en amincit l'épaisseur, ce qui risque de provoquer rapidement une fracture, un peu comme cela s'est produit au glacier d'Argentière.




En 1 mois 1/2, l'ablation est très nette.



Le mois de juillet si chaud a presque achevé la perte du bout de la langue terminale.



Photo du 10 aout, le rétrécissement s'accentue.



30 septembre 2010. La fracture est imminente, c'est la fin de la langue terminale.
 
Elle passera peut être l'automne, mais dès le printemps c'est inéluctable, plus rien ne peut empêcher sa fracture et sa destruction. Il ne restera qu'un réceptacle à avalanches.
Il reste comme une patte palmée, dont la cheville se brise...

Je suis persuadé que si juin et aout avaient ressemblé à juillet, elle n'existerait déjà plus.
Seul un super volcan ou un astéroïde peuvent empêcher cela, donc pas d'illusions, c'est triste mais c'est la fin.

Même si le plateau du réchauffement actuel reste en l'état, le recul va se poursuivre, car la dernière décennie, plus chaude que la précédente, va continuer à faire son œuvre longtemps jusqu'à un "étiage" qui se situera haut, différent selon chaque glacier.
Un équilibre nouveau se fera à ce moment là, à condition que le réchauffement ne reprenne pas de plus belle.
Ces dernières années le recul s'est accéléré sur l'ensemble des glaciers du massif.

En cas de léger refroidissement, comme ce fut le cas par à coups successifs depuis le PAG, la courbe générale risque fort de continuer comme elle le fait depuis plus d'un siècle, peu de chances de retrouver les conditions des années 1970/80 etc, ce n'est pas dans le sens de la tendance générale depuis le PAG.

En n'oubliez pas que le dernier PAG est le seul de cette force en 10 000 ans, depuis le Dryas, donc y croire cela relève du rêve ou de prendre ses désirs pour des réalités (il y en a hélas).
Très peu de chance donc de revoir un PAG équivalent avant bien longtemps.






Les sympathiques gérants du chalet crèmerie du glacier des Bossons, (Stéphane et Mme Ruby). Une visite s'impose !


"Et au milieu coule une rivière"... (un torrent).

A gauche le torrent issu de la langue terminale, à droite de l'ensemble des autres torrents (1er juillet 2010)

 

25 avril 2011 : En raison de l'aspect inquiétant de la langue terminale du glacier des Bossons visible depuis la vallée, je me suis rendu ce matin sur place.

Ce n'est pas le moment idéal, car c'est la période (courte) où le glacier pousse, après l'hiver où il a fortement ralenti.
On constate d'ailleurs l'importante avalanche de glace due à cette poussée, et qui provient d'effondrements successifs en bordure du glacier.

Mais ce sont peut être les dernières photos du glacier avant l'éclatement de la langue terminale qui débute.
Ensuite ce sera un glacier suspendu, avec une barre de séracs en effondrement permanent, et un cône d'avalanche qui sera sans doute très important.
Où se situera cette zone de rupture lorsque le glacier n'aura plus d'appui ? Difficile à dire, espérons que ce ne soit pas trop haut. Cela dépendra du socle rocheux sous le glacier.









Aujourd’hui 1er aout 2011; on peut considérer que la séparation de la langue terminale est faite, et surprise, en douceur.
L'effondrement de la partie suspendue va commencer, mais progressive par petits bouts, ou énorme et brutale, Mystère...

De nouvelles photos à venir, et je prépare pour dans quelques jours (quand ce sera plus franc),
de nouvelles séquences à la vidéo en ligne sur Zapiks.




5 aout : La séparation s'élargit, mais pas encore d'effondrement au-dessus.


Photos prises le vendredi 5 aout, jusqu'à 5 m de la langue terminale, par le bas.








7 aout : Le "nouveau" glacier des Bossons séparé pour longtemps de sa langue terminale,
qui depuis 1 ou 2 ans ne représentait déjà plus grand chose,
mais maintenant la jonction sera très difficile à rétablir si des conditions plus favorables interviennent.


22 aout : Seconde fracture de la langue terminale du glacier des Bossons,
au dessus du gros "poing" de glace, l’éboulement a commencé.




30 Septembre 2011



10 mai 2012 : Légère poussée au niveau de la barre de séracs, normale en ce printemps, la saison d'ablation ne faisant que débuter. Avalanches de neige et de glace provoquant une langue de "reconstitution".
Avalanche volumineuse le 24 mai (photos plus bas).


24 mai 2012






26 juillet 2012. Perte nette en largeur et en épaisseur. Cône (ou langue) de reconstitution, sous la barre de séracs, avec sans doute un résidu de glace ancienne.


8 mai 2013 : Situation identique à mai 2012. Légère poussée au niveau de la barre de séracs, Avalanches de neige et de glace provoquant une langue de "reconstitution" plus grosse qua l'an passé.


Mai 2014 : Situation identique à mai 2013. La pause due à l'hiver/printemps 2013 exceptionnels a stabilisé la situation.


7 mai 2015. Le glacier se porte un peu mieux, après quelques saisons plus favorables, ainsi que le volume de l'avalanche de glace, en langue de reconstitution.


28 juin 2015. Chute de sérac de 100 000 à 200 000 mètres cubes il y a 2 jours, après une forte poussée du glacier, dont l’extrémité était très bombée.    Petite vidéo sur ma page facebook.




05 mai 2016. Le glacier se porte plutôt bien, malgré l'été caniculaire 2015. L'avalanche de glace en dessous de la fracture est assez épaisse.




25 mai 2017. Légère perte d'épaisseur sur le front, mais la photo est faite 20 jours plus tard que l'an dernier, donc moins de neige et un peu plus d'ablation.


08 sept 2017. Après un printemps chaud, un mois de juin caniculaire, ainsi que juillet et aout très chauds, les glaciers ont beaucoup souffert. On voit très bien la perte d'épaisseur importante en cette fin d'été,


Vidéo Alain Tonnerre



Suite, glacier des Bossons, photos gros plans.

haut